En tant que manager être dans son authenticité tout en restant en lien avec les autres et garder une saine dynamique peut parfois être un enjeu.

Comment rester fidèle à qui je suis sans déranger? Comment être authentique tout en conciliant l’autre et la dynamique collective? Pour répondre à ces questions, il est important de bien comprendre ce qu’est l’authenticité.

Qu’est-ce que l’authenticité

Selon Larousse c’est « le caractère de ce est qui authentique, exact. La sincérité des sentiments, la vérité d’un témoignage ». 

Un manager authentique est celui qui va partager la sincérité de ses sentiments, de ce qui est vivant en lui, de ce qui se passe pour lui. Cette démarche se fait avec l’intention de développer son équipe et faire grandir le collectif. 

Cela veut dire qu’il est d’abord au clair avec lui-même, qu’il a fait le travail de discernement de ce qui se joue dans l’instant pour lui avant de le communiquer. 

L’autre ou les autres ne sont que le miroir de nos inaccomplis à accomplir. Si quelque chose ne va pas, cela ne veut pas dire que c’est la faute des autres (bien que ce soit la voie facile et la plus empruntée ;)). 

-> Plutôt se demander : si je vis cette situation inconfortable, qu’est-ce qui fait que je me sens dans l’inconfort ? Sur quoi est-ce que cette situation vient appuyer qui n’est pas agréable pour moi ? 

Sur une même situation, il y aura autant de façons de la vivre que de personnes. Pour certain il n’y aura pas de souci, alors que d’autres se sentiront blessés, humiliés, rejetés… en fonction du vécu de chacun. Ce qui fait la différence c’est ce que nous ressentons et l’histoire que nous allons nous raconter. 

Ce qui peut bloquer notre authenticité

  • Notre mental

– Nous ne sommes pas au clair, c’est flou dans notre tête, nous ne comprenons pas la situation.

– Nous nous racontons la même histoire en boucle, nous ressassons et nous pouvons y ajouter des projections.

– On pense qu’en entreprise on n’a pas à se dire ce genre de choses et que de toute façon quand on sera à la maison tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir – ça passera (ou pas !)

  • Nos émotions

– Nous avons peur de ce que les autres vont penser. 

– Nous avons peur de rompre la relation avec les personnes concernées. 

– Nous avons peur de ce que nous pourrions ressentir si…

– Nous sommes frustrés ou en colère de vivre cette situation…

  • Notre posture

Nous ne voulons pas prendre la co-responsabilité de ce qui se passe, nous rejetons sur les autres la faute. Or, dans toutes les relations nous sommes 3 : toi, la relation et moi. Je suis donc 100% responsable de ma partie et de prendre soin de la relation entre nous…d’autant plus quand je suis un manager. 

Aussi, rentrer en lien autrement, c’est à dire en partageant ce qui se passe pour nous sans blâmer ou mettre la responsabilité sur l’autre, demande du courage puisque nous devons sortir de notre zone de confort. C’est un acte de confiance en soi, non pas en l’autre.

Car finalement cette sensation de sécurité intérieure n’est pas liée à l’autre – mais repose sur la confiance que nous avons en nous-même et notre capacité à rester en lien.

Vulnérabilité n’est pas faiblesse

Un des freins que je rencontre avec mes clients est la croyance que si je parle de ce qui me touche alors je serai faible et l’autre aura gagné sur moi. 

Je leur réponds : 

1/ je ne savais pas que le rôle de manager était un jeu où il y avait un gagnant et un perdant.

2/ dès lors que nous sommes touchés l’autre a déjà gagné si on joue à ce jeu là – puisque je ne suis plus dans ma puissance mais bien dans mes émotions et/ou mes blessures.

3/ que la faiblesse renvoie à une incapacité à se défendre, à résister et que là, au contraire, il sera encore plus dans son assertivité et sa puissance. C’est la puissance de la vulnérabilité : parler de ce qui me touche pour en faire une force fédératrice. 

4/ que si lui ne bouge pas, rien ne changera.

5/ que s’il essaie, la seule chose qu’il aura à perdre c’est sa peur (que l’autre gagne !)

C’est parce que nous allons communiquer justement à partir de cette partie authentique de nous que nous allons transformer le champ relationnel. La vulnérabilité du manager authentique en fait la signature de son leadership. 

Le leadership n’est pas une démonstration de force, mais est plutôt une source d’inspiration qui va donner envie aux autres de nous suivre, de se mettre en mouvement par choix et non par peur.

Et toi, communiques-tu à partir de cette partie authentique en toi?