Les émotions sont un processus naturel biologique. En d’autres termes, c’est normal d’avoir des émotions. Si tu vis de grandes fluctuations émotionnelles, pas de panique, tu es normale, exit donc la culpabilité. C’est ok de ressentir des émotions et c’est même bon signe selon moi car cela signifie que tu es vivante ! L’enjeu est de savoir s’en servir pour comprendre pourquoi elles arrivent. La puissance des émotions se trouve ici : parvenir à être soi tout en respectant l’autre, trouver des solutions équitables pour chacun et avancer ensemble. Alors, comment gérer ses émotions, s’en servir pour communiquer efficacement et se sentir bien ?

Que sont nos émotions ?

Les émotions sont au cœur de notre expérience humaine. Que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle, elles sont nos alliées pour interagir avec notre environnement. Tes émotions peuvent te permettre d’acquérir une posture juste pour toi et pour tes équipes tout en restant authentique.

Gérer ses émotions : une compétence indispensable

Le fait de gérer ses émotions est un sujet abordé régulièrement, que ce soit en psychologie ou en développement personnel. En effet, c’est une compétence indispensable à apprendre en tant qu’entrepreneure ou dirigeante. Elles te permettent également de rentrer en lien plus facilement avec tes clients et tes prospects. Par exemple, en utilisant ce que tu traverses pour venir les toucher et les emmener dans ton univers. Elles sont les messagers qui te guident dans ta transformation personnelle.

En soi, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. Elles sont agréables ou désagréables à vivre. Elles nous traversent pour nous donner un message. Il est nécessaire d’apprendre à écouter et gérer ses émotions, ou plus exactement les réactions qu’elles engendrent. Cela permet d’avoir une vie la plus équilibrée possible (et éviter les gros up & down émotionnels !).

Savoir utiliser et comprendre ses émotions permet de se sentir mieux, en harmonie, d’éviter d’en faire pâtir notre entourage et d’adopter une posture juste pour soi et pour l’autre. La difficulté que nous rencontrons la plupart du temps, c’est le fait de chercher à les étouffer et les enfermer à l’intérieur de nous. C’est généralement ce que nous avons appris — et c’est ce qui fait que nous les subissons plus que nous ne les entendons. Savoir contenir une émotion peut être salutaire à certains moments — mais savoir les traverser l’est tout autant.

Les 5 grandes émotions

Pour parvenir à gérer ses émotions, savoir les identifier est une clé. Cinq grandes émotions sont distinguées : 

  • La joie : elle t’indique que tu es sur le bon chemin, son message est « continu »
  • La colère : elle est là pour te signaler que quelque chose a touché tes valeurs, ton espace, ton territoire, ton authenticité. Elle s’active pour la défense, pour que tu redéfinisses tes limites.
  • La tristesse : cette émotion est en lien avec le deuil. Elle indique que tu dois te séparer de quelque chose pour partir sur de nouvelles bases. Cette perte est plutôt à percevoir comme une mise à jour de ton logiciel interne.
  • La peur : dans 90 % des cas, cette émotion n’est absolument pas rationnelle. Elle pointe du doigt ta relation à l’insécurité. Celle-ci peut être travaillée pour se libérer, que ce soit des peurs émotionnelles, des peurs créées par ton mental ou autre….
  • Le dégoût : il sert à délimiter ton espace. Il se rapproche un peu de la colère — à ceci près qu’il y a généralement une réaction physique et organique qui l’accompagne. Le dégoût a une notion de rejet supplémentaire.

L’impact de nos émotions sur le corps physique

Selon la médecine chinoise, les émotions que nous ne vivons pas « s’attachent » à certains organes en particulier. Elles s’engramment et se stockent sur le corps physique.

  • La colère reste principalement sur le foie.
  • La tristesse impacte les poumons.
  • La peur se loge dans les reins.
  • La joie est en lien avec le cœur.

Les outils énergétiques que j’utilise lors des séances de coaching avec mes clientes me permettent de venir identifier, transformer ou libérer ces émotions. Celles-ci les alourdissent et les empêchent de communiquer ou de se positionner de façon impactante.

De la même façon, le corps parle aussi via les douleurs quotidiennes, qui sont propres à chacune. Si tu es confrontée à des douleurs chroniques, il peut être intéressant d’effectuer un travail d’introspection. Il te permettra de libérer les émotions qui se sont logées en toi. Et le fait d’apprendre à gérer ses émotions différemment fera une différence à long terme.

Selon moi, l’une des clés pour éviter ce type d’inconfort est de (ré) apprendre à vivre les émotions en conscience. C’est d’ailleurs une des pistes que je propose d’explorer en coaching pour pouvoir acquérir cette posture juste. Pour cela, il est important de s’interroger sur ce que cette situation vient générer en soi. On va ainsi l’intégrer puis mettre en route son propre système de « purge émotionnelle » pour évacuer l’émotion.

Ton entourage n’est pas ta « poubelle émotionnelle » 

Bien que cet aspect de notre société occidentale s’estompe peu à peu, il existe peu d’apprentissages sur comment gérer ses émotions et vivre avec. L’une des postures adoptées régulièrement est celle de « vider » son ressenti sur l’entourage — qu’il soit professionnel ou familial. Il est d’ailleurs courant d’entendre qu’il est important de partager son ressenti. Certes, dire les choses peut permettre de faire progresser une situation ou une relation. Toutefois, la manière dont on le partage peut également l’altérer. Il est important donc de ne pas prendre ton entourage pour ta poubelle émotionnelle !

Si tu as envie de faire évoluer ta posture, je te propose de t’interroger sur ta responsabilité face à tes propres émotions.

  • Est-il toujours juste de partager ton ressenti immédiatement ?
  • Est-ce que la personne en face de toi est en capacité de recevoir ce que tu veux lui communiquer ?
  • Ne serait-il pas préférable d’en prendre conscience, de l’accueillir et de le mettre de côté pour y revenir à un moment plus adapté, pour toi comme pour elle ? 
  • Quelle serait, selon toi, la meilleure manière de te positionner face à l’autre sans te renier ?

La plupart des situations auxquelles nous sommes confrontées quotidiennement sont neutres. Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises. C’est notre interprétation, selon notre paire de lunettes personnelle qui crée un filtre au fil des expériences et de nos blessures. Ce filtre est teinté de ces évènements. C’est ici que les émotions ont un rôle important car elles vont venir t’informer, te guider, comme une boussole. Elles viennent mettre à jour un aspect de toi, selon ta propre histoire et ta personnalité. Eh oui, encore une belle opportunité de faire un point sur soi, d’identifier une éventuelle blessure, de débloquer les potentielles croyances limitantes qui vont avec 😊

À noter également : tu n’as pas non plus à être la poubelle émotionnelle de ton entourage.

Accueillir et gérer ses émotions

L’étape de l’introspection

Face à une émotion — en particulier celles qui nous sont désagréables, on peut avoir tendance à mettre un couvercle. Toutefois, n’oublions pas que notre émotion vient nous délivrer un message. La clé pour qu’elle s’en aille : l’accueillir et entendre ce qu’elle a à nous dire. Lorsque tu constates que tu ressens de la colère ou de la peur, prends-en note. Tu n’es pas dans l’obligation d’agir immédiatement. C’est sain de mettre un couvercle sur notre ressenti quand la charge émotionnelle est trop importante et que tu n’as pas d’espace pour en prendre soin.

Dans ce cas, mieux vaut la contenir, le temps de trouver un moment au calme pour identifier le message et le besoin à venir nourrir derrière. Je t’ai partagé un exemple la semaine dernière avec le besoin de reconnaissance, en lien avec la hiérarchie. Tu peux alors te poser avec toi même et aller chercher le message. Ensuite, tu pourras le prendre en considération et poser des actes en fonction. Alors, tu auras entre tes mains la conscience de ce qu’il te faut transformer pour faire évoluer la situation.

Comment évacuer une émotion ou faire sa « purge émotionnelle » ?

Si tu ne fais pas le travail de te libérer de cette charge émotionnelle, il est fort probable que la vie t’envoie à nouveau, sous une forme un peu différents, d’autres situations similaires. Le but est de te permettre d’en prendre conscience et de travailler dessus pour la libérer. Moins tu écouteras le message de tes émotions, de ton mal-être et plus les situations deviendront inconfortables. Jusqu’à ce que cela le soit tellement qu’on veuille changer la situation de façon radicale.

Pourquoi une purge émotionnelle ?

Aujourd’hui nous avons la possibilité de nous délester de ce qui nous entrave dans la légèreté grâce à l’anticipation et un travail régulier de discernement et de conscience de soi. Malheureusement, nous avons tendance à attendre et aller de plus en plus mal jusqu’à ce que le point de non-retour surgisse. C’est uniquement à ce moment-là que nous nous mettons en chemin. Et « remonter la pente » est plus difficile et laborieux.

En effet, il existe plusieurs options pour gérer ses émotions et les purger. Mais nous avons tendance à trouver des subterfuges pour éviter de se confronter à nos ressentis désagréables : compensation avec l’alimentation comme le chocolat ou le paquet de chips pour « se récompenser », la pause clope pour « évacuer », le verre de vin ou la bière pour « décompresser ».

Aussi, plutôt que de mettre un couvercle sur la cocotte minute, voyons plutôt quelques astuces qui peuvent aider à conscientiser et se libérer des émotions lourdes.

L’écriture

Prendre un temps pour coucher par écrit est selon moi le meilleur moyen de gérer ses émotions et de les évacuer. Mettre sur papier notre ressenti et tout ce qui passe en tête vis-à-vis d’une situation donnée permet de prendre de la distance, de mettre en conscience ce qui se joue pour soi. Il est fort probable qu’à ce moment-là, l’émotion se manifeste. C’est alors le moment de la vivre et de la laisser te traverser – même si ce n’est pas confortable.

Se confier à un proche (s’il n’est pas ta poubelle émotionnelle !)

Que ce soit auprès d’un collègue à l’occasion d’une pause café ou à son/sa conjoint(e) en rentrant, c’est une attitude que nous avons tous. Toutefois elle comporte un risque : celui de se décharger de notre charge émotionnelle sur l’autre

Nous parlions tout à l’heure de notre responsabilité face au fait de gérer ses émotions. Aussi, je t’invite à regarder l’impact de tes émotions sur ton entourage relationnel. Dans ces circonstances, est-ce que tu prends soin de ta relation en te déchargeant sur l’autre de tout ce que tu n’as pas réussi à traverser ? Est-ce que c’est OK pour toi d’interagir comme ça avec ton entourage ? 

Si c’est un besoin, peut-être peux-tu valider avec cette personne si elle est dispo et d’accord pour écouter ? Pour prendre soin de ta relation, tu peux par exemple demander « j’ai besoin de te partager quelque chose est-ce que c’est OK pour toi ? »

Acquérir cette agilité est quelque chose qui se travaille et s’acquiert avec le temps. Au début, cela peut sembler être une montagne, mais avec la pratique, ce mécanisme se fait avec fluidité.  

Le sport 

Le sport peut aussi permettre d’évacuer les émotions — si c’est effectivement l’intention posée pour la séance. Certaines personnes, au lieu de faire sortir l’émotion, vont passer leur temps dédié au sport à la ruminer au lieu de vraiment décharger. La fatigue physique ne suffit pas à évacuer l’émotion.

La dernière étape : le plan d’action

Une fois que nous avons su gérer ses émotions, il va nous être plus facile de mettre en place un plan d’action. Le message a été reçu, la blessure éventuelle identifiée : tu peux désormais voir la situation avec plus d’objectivité. Tu sais aussi probablement plus facilement distinguer ce qui est nécessaire pour toi.

Maintenant que tu as retrouvé un calme intérieur, tu peux t’interroger sur comment agir. Et cela, en te respectant, toi et tes propres besoins, et en respectant l’autre. Ainsi, tu vas pouvoir te préparer à rentrer en communication avec l’autre. En tant qu’être humain conscient et qui prend la décision de gérer ses émotions, ta responsabilité c’est d’aller jusqu’à l’action. Tu ne peux pas maîtriser la réaction que tu pourrais avoir en face de toi. Et tu n’en es pas responsable…mais comme tu auras un certaine légèreté puisque tu seras libérée de tes propres émotions, tu auras beaucoup plus de facilité à accueillir les réactions émotionnelles des autres 😉

Tu as envie de découvrir comment communiquer efficacement avec une posture authentique et juste, tout en étant à l’écoute de tes émotions ? Alors je t’invite à écouter l’épisode n°2 de mon podcast.